ACF

CATHERINE MILLOT – L’après-coup – INFO 6

 

Inline images 1

Inline images 3

CATHERINE MILLOT
l'après-coup

Par Philippe Hellebois

Photo par Jean-Claude Encalado

   Catherine Millot était l’hôte ce samedi 12 mai, de l’ACF-Belgique. Occasion pour certains de retrouver celle qui fut pendant plusieurs années leur collègue à l’Ecole de la Cause freudienne – elle a enseigné aussi au département de psychanalyse de l’Université de Paris VIII laissant à l’auteur de ces lignes les meilleur souvenirs –, et pour d’autres de la découvrir. Trouver, retrouver, n’est-ce pas finalement un peu pareil quand, à l’entendre, l’on s’aperçoit que nous parlons vraiment la même langue, celle que Lacan a forgée pour nous qui après lui vivons. Elle a d’ailleurs tenu à préciser que si elle n’appartenait plus à aucune école, elle se sentait néanmoins partie prenante de la communauté analytique.

   N’est-ce pas là une remarque judicieuse allant au-delà même de la psychanalyse ? Comment ne nous toucherait-elle pas, citoyens d’un pays peut-être bientôt disparu et n’ayant sans doute jamais signifié grand-chose, mais qui éprouvons l’appartenance à un autre ensemble, notre communauté de langue. Bref, si nous serons probablement moins Belges dans l’avenir, nous resterons francophones, même multilingues – lalangue, aboli bibelot d’inanité sonore est une et seulement une, tralalitralalère !

   Catherine Millot n’était pas arrivée à Bruxelles toute seule – sa venue avait été préparée par une très belle conversation entre trois de nos collègues Laura Petrosino, Claire Piette et Maud Ferauge, qui, à la tribune transformée pour l’occasion en salon, furent rejointes par Gil Caroz. Disons-le haut et fort, notre ami, entre les trois grâces et la reine Catherine, fut tout simplement parfait ! Il souligna voire révéla par un heureux effet de contraste leurs très féminines arabesques : l’Autre était féminin pour tout le monde (Abîmes ordinaires, p. 123) ; enfin !

   Elle a dit beaucoup de choses que nous ne résumerons évidemment pas préférant retenir cette phrase, lancée presque négligemment, et qui alimenta le débat pour résonner encore en certains : ce qui ne se dit pas s’écrit. La parole a ses limites : l’analysant ne parle jamais de tout, non pas qu’il dissimule, même si cela arrive, mais parce que la parole ne se prête pas à dire certaines choses, qui, du coup, ne se formulent même pas. Rappelons-nous la surprise de tel analyste – n’est-ce pas Jam ? – entendant d’anciens analysants raconter dans leur témoignage d’AE des choses, et non des moindres, qu’ils ne lui avaient jamais dites ! Surpris mais sage, il en avait conclu à une déchéance relative, mais structurale de l’analyste … ! Ce qui ne se dit pas s’écrit : l’AE ne parle plus, mais écrit, fut-ce à voix haute ! L’après-analyse ou l’analyse infinie consistant à se débrouiller tout seul avec son inconscient – enfin ! – où est-on plus seul que dans l’écriture ? Cette écriture ne doit pas se concevoir seulement avec un stylo et du papier, plus ou moins électroniques, mais plus largement : la lettre est une partie de nous-mêmes, le symbole avec lequel nous nous sommes formés – c’est-à-dire grâce auquel nous avons constitué notre jouissance première –, et qui va se répétant ad infinitum pour que nous puissions vivre. L’écriture précède la parole, et tout aussi bien, lui succède ! La parole analysante n’est-elle donc pas ce qui permet de supporter la lettre !  

   C’est l’un des enseignements du dernier cours de Jam, L’Un-tout-seul, dont la parution est annoncée pour l’automne prochain : la parole tient à l’être, la lettre à l’existence ; il faut arracher la lettre à l’être.

 


 




 

 

 

 

 

 

Association de la Cause freudienne en Belgique asbl  | Agenda en ligne des activités de l’ACF Belgique – Cliquez ici

 

 

 

 

 

 

Courrier de l’ACF Belgique

Desinscription, envoyez un message à : courrier-unsubscribe@ch-freudien-be.org

Nouvelle inscription, envoyez un message à : courrier-subscribe@ch-freudien-be.org

ACF- Belgique : 37 rue du Prince Royal  BP30 à 1050 Bruxelles

acf.belgique@scarlet.be acf.belgique@gmail.com  |   02 – 230 28 77

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

———————————————————————
Desinscription: envoyez un message a: courrier-unsubscribe@ch-freudien-be.org
Pour obtenir de l'aide, ecrivez a: courrier-help@ch-freudien-be.org

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

———————————————————————
Desinscription: envoyez un message a: courrier-unsubscribe@ch-freudien-be.org
Pour obtenir de l'aide, ecrivez a: courrier-help@ch-freudien-be.org

———————————————————————
Desinscription: envoyez un message a: courrier-unsubscribe@ch-freudien-be.org
Pour obtenir de l'aide, ecrivez a: courrier-help@ch-freudien-be.org

———————————————————————
Desinscription: envoyez un message a: courrier-unsubscribe@ch-freudien-be.org
Pour obtenir de l'aide, ecrivez a: courrier-help@ch-freudien-be.org

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.