Parutions Quarto

QUARTO 109 : ce qui fait couple

Images intégrées 1

Éditorial

Plutôt que d’entamer la lecture de ce numéro par le début comme il est d’usage de le faire, reporte-toi d’abord, cher lecteur, une fois n’est pas coutume, à l’article qui clôt le numéro. Soit commence par la fin. Tu y découvriras avec un certain amusement comment un artiste qui se compose de deux personnes, Gilbert et Georges, et dont une des œuvres illustre la couverture, conçoit le couple de manière très particulière. En bref, disons que pour eux, 1 + 1 = 1. S’agit-il d’un couple sans Autre ?

 Avec Lacan, nous assistons à une autre particularité arithmétique concernant le couple puisque pour lui, 1 + 1 = 3, le tiers terme étant le Phallus qui permet l’écart entre les deux termes où le désir peut venir se loger.

Nous sommes ici dans le cadre du couple sexué quel qu’il soit. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit du couple mère – enfant ou père – enfant ? C’est alors la question de la place qu’occupe l’enfant dans le désir parental qui se pose. On se référera entre autres ici à sa « Note sur l’enfant ».

Lacan a décliné bien d’autres versions de ces problématiques du couple au cours de son enseignement, et ce notamment à travers la relecture qu’il fait des grands cas freudiens –  par exemple, celui de Dora  –, dans son commentaire sur Hamlet, ou encore dans sa reprise de l’analyse du rêve de la Traumdeutung : « Père, ne vois-tu pas que je brûle ? ». Mais c’est aussi la construction par Lacan du schéma de la sexuation dans le Séminaire xx qui permet de lire l’articulation de ce qui pour l’humain d’une manière générale fait couple. Ce ne sont là que quelques figures que vous rencontrerez à la lecture de numéro.

Car le couple, c’est aussi celui du toxicomane avec son produit, ou celui plus récent du sujet avec l’objet numérique. Dans ce dernier cas, c’est dans l’espace virtuel que nous nous retrouvons, espace qui nous introduit à un mode de lien social inédit.

Le couple, c’est aussi le rapport du sujet à l’objet de son fantasme, le type de lien qu’il entretient avec son Autre, ou encore avec son symptôme, tel que le déplie J. – A. Miller dans son cours « Le partenaire-symptôme ».

Bref, ce qui fait couple peut se décliner de bien des façons !

Cette nouvelle livraison de Quarto est la dernière de l’équipe de rédaction qui a assumé pendant ces deux dernières années cette tâche avec sérieux et entrain, et que je profite ici pour remercier du travail accompli. Je souhaite bon vent à Daniel Pasqualin et à son équipe qui, à partir de janvier 2015, assureront le relais.

Philippe Stasse

Sommaire

 

Éditorial

Faire couple

Patricia Bosquin-Caroz : Le réel du couple

Fouzia Taouzari-Liget : Un partenaire en cache un autre

Fabian Fajnwaks : Couples (a) sexués

Emmanuelle Borgnis Desbordes : Folles alliées

Nadine Page : Entre mère et fille

Laure Naveau : Hystoire d’une moitié d’acte manqué

Esthela Solano :Un couple à quatre

Pierre Naveau : La rencontre manquée entre le père et le fils

Vincent Benoist : Le fiasco pervers

Pascal Pernot : L’homme qui n’était pas une femme comme les autres

Pierre-Paul Costantini : La prison ou l’impasse du silence

Éric Laurent : Faire couple avec l’objet numérique

L’orientation lacanienne

Jacques-Alain Miller : De l’Autre à l’Un

La passe

Bruno de Halleux : Aimer après la passe

Anne Lysy : Déchanter ?

Hélène Bonnaud : Réel, résistance, restes

Bernard Porcheret : Le cri ne surgit pas du silence, il le produit

Travaux

Pierre Malengreau : Retrouver, c’est le piège de l’histoire

Institution

Dominique Holvoet : Quand la collectivité rencontre la singularité

Un artiste

Marc Segers : Gilbert and Georges : l’art qui fait couple

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.