Champ freudien Connexions Zazie

Journée d’Etude Zazie – Hélène Bonnaud – 07 février 2015 – Bruxelles

 
 
Journée d’étude ZAZIE
07 février 2015
 
Hélène Bonnaud
 
 
 
Deuxième extrait du livre d’Hélène Bonnaud choisi par Maud Ferauge:
« Dans de nombreux cas les effets de la rencontre avec le psychanalyste permettent la levée du symptôme, car la parole peut dénouer et apaiser la culpabilité de l’enfant. Parfois, le simple fait de reconnaître la place qu elle symptôme prend dans la famille libère la cause qui en avait été à l’origine. Une fois mise au jour la conjoncture de vérité dans laquelle le symptôme était pris, il n’a plus de raisons d’être. mais d’autres fois le symptôme est fixe et n’a pas la structure psychique. Il n’a pas de sens et fonctionne comme un hors-sens. »(suite)
Prenons par exemple le symptôme classique de l’énurésie d’une grande banalité chez l’enfant. Dans chaque cas, il a une fonction particulière qu’on peut mettre en série: l’énurésie chez le garçon a souvent à voir avec l’angoisse de castration; chez la fille, c’est aussi l’angoisse de castration qui installe l’incapacité à retenir son urine, mais à l’envers – le garçon a peur d’être castré  et la fille souffre de l’être mais il peut également s’agir d’un moyen pour exaspérer sa mère chaque matin, ou pour se faire humilier par son grand frère – dans ce dernier cas, il peut y avoir une jouissance à se faire maltraiter et moquer, qui trouve à se répéter du fait de l’importance du symptôme. Enfin, il y a aussi l’énurésie qui ne dérange pas le sujet. Il la traite comme quelque chose qui ne le concerne pas ou plutôt qui ne concerne pas son propre corps, il la dénie. »
Bonnaud Hélène, l’inconscient de l’enfant, du symptôme au désir de savoir, Edition Navarin et le champ freudien, Paris, 2014,p.146.
 
Rappel
début des travaux à 10h30 le matin et l’après-midi  à 14h30

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.