Accueil

Corps et résonances : extrait n°12 par Philippe Stasse

Extrait n° 12

Jacques Aubert, Introduction à James Joyce 2, La Pléiade, p. xxv.
 

« Le problème (…) est qu’il a été confronté à l’émiettement du langage, qu’il traduit tant bien que mal dans un dialogue composé de points de suspension, de mots isolés ou même brisés : il y a eu cet éclair du Sens dont l’éblouissement est un véritable effondrement du monde « réel » , mais aussi un véritable cataclysme de la langue. (…) Le savoir-faire de l’écrivain, ici, sera (…) un « savoir-faire-avec », un accommodement qui est en même temps un traitement de ce réel qui s’est révélé inassimilable par le langage courant, et qui fait apparaître après-coup celui-ci comme mort, ou mortifère, infiniment loin de ce que devrait être le langage vrai (…), le langage de la jouissance de l’Être. Il va devoir se rompre aux effets de ces rencontres avec le langage, qui sont loin d’être neutres, et font écho à ses angoisses les plus intimes. Mais c’est bien ce qu’il apprend à faire-avec ses problèmes. »

Ceci n’est pas sans évoquer cette assertion de J-A Miller selon laquelle « tous nos discours ne sont que des défenses contre le réel » dans son texte « Clinique ironique ».

Extrait choisi par Philippe Stasse

acf-kring-corps-et-resonnances-miniature

 

Horaire:

Samedi 20 février 2016,
la journée de 13h30 à 18h30,
la soirée, l’événement musical et le repas, à partir de 18h45

 

Lieu:

À la Tricoterie, rue Théodore Verhaegen 158, 1060 Bruxelles

Inscriptions préalables et urgentes par virement sur le compte de l’ACF-Belgique de
+ 40 euros pour la journée (20 euros pour les étudiants de moins de 26 ans)
+ 30 euros pour le repasIBAN : BE90 0680 9297 5032 – BIC : GKCC BE BB
En communication : vos nom, prénom et adresse mail

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.