TyA

Tya / Addictions et répétitions / Mercredi 16 novembre

Groupe de recherche du TyA
Addictions et répétitions 
Le mercredi 16 novembre à 20h30

Au local de l’ACF-Belgique

Nous poursuivrons cette année sur le thème « Addictions et répétitions », en nous intéressant particulièrement au terme de « fixation ». La fixation n’est pas un concept fondamental de la psychanalyse, mais Freud l’utilise à propos de « ce qui se répète ». Il en donne plusieurs versions, qui retiendront notre intérêt. D’une part, il s’agit de la « fixation » liée au trauma, d’autre part, il s’agit de la « fixation pulsionnelle ».

Ce sont deux faces d’un même problème, qui sont noués par exemple dans l’Au-delà du principe du plaisir, ou dans Inhibition, symptôme et angoisse : comment le sujet va-t-il se débrouiller entre la « poussée pulsionnelle » et la réponse inévitablement inadéquate de l’Autre ?

Dans le « jeu à la bobine » (Fort-da), Freud interprète l’angoisse de l’enfant confronté aux absences de sa mère. L’enfant traite cela avec le jeu « parti-retrouvé ». Il apprend en somme la séparation…

Mais quand la séparation se prolonge, quand il n’y pas de réponse de l’Autre (mère ou père) pour le rassurer, l’assurer, comment l’enfant se débrouille-t-il avec la pulsion ?

C’est un point clé, notamment pour la clinique des « addictions ». Le sujet peut se « fixer » sur un objet pulsionnel. Celui-ci vient en écho à une « fixation » première, fixation de jouissance qui résonne avec la percussion du signifiant sur le corps. C’est un choix du sujet, dans un processus de séparation, face au manque structurel de réponse de l’Autre.

Lorsque ce choix les mène à une impasse, ces sujets peuvent faire appel à nous. Comment les accompagner dans la recherche d’une autre réponse à cette exigence de la répétition ?

Nadine Page et Jean-Louis Aucremanne

Interviendront : Marie-Françoise De Munck « Fixation et répétition à partir de Freud »
Et Jean-Marc Josson « Toxicomanie et affect : ce qui se répète »

Marie-Françoise De Munck nous a communiqué un court argument : Le concept de fixation est un concept freudien qui désigne le lien libidinal du sujet à une représentation, un « stade » du développement, à un trauma…  Cette fixation est alors source de répétitions. Le concept de répétition vient quant à lui interroger la dimension de « déplaisir  » qui lui appartient. Nous examinerons ces concepts à travers des vignettes cliniques, avant de nous interroger sur la relation possible du concept de « fixation » avec celui de « sinthome ».

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.