ACF

Eloge de la folie – Journée de l’ACF-Belgique

Pour vous inscrire, cliquez ici

L’inscription sera effective dès réception du paiement.
Veuillez noter votre nom, adresse mail et « 05 mai » en communication
P.A.F. :  40 euros / 5 euros pour les étudiants de -26 ans

Compte de l’ACF-Belgique : BE90 0680 9297 5032 – BIC : GKCC BE BB

Renseignements : acfbelgique@gmail.com

 

ARGUMENT
Eloge de la folie

En choisissant ce titre pour sa prochaine journée d’étude, l’ACF-Belgique se glisse sous l’éminence de la référence à Erasme. C’est à sa manière et dans son siècle, l’écriture d’un Malaise dans la civilisation. Erasme met dans la bouche d’une femme représentant la folie toutes les critiques qu’il ne peut énoncer en son nom sans danger. A sa suite, nous enseignant de son hérésie sans en faire modèle, notre propos sera politique. Dans ce siècle qui est le nôtre où tout le monde est de plus en plus fou, où le signifiant-maître ne gouverne plus mais où l’objet a, ce déchet de l’être parlant, est à la barre, nous nous mettrons nous aussi à l’étude du malaise.

La thèse selon laquelle tout le monde délire est le résultat du long parcours de Jacques Lacan qui aboutit à la chute du symbolique dont il avait pourtant fait l’ordre par excellence. Cette affirmation à priori choquante rejoint et radicalise la position d’autres penseurs, tel Nietzsche qui considère qu’il n’y a pas La Vérité mais qu’il n’y a que des interprétations. Jacques-Alain Miller à travers ses cours a défriché pour nous tous les séminaires de Jacques Lacan. Il nous aide à approcher le tout dernier enseignement où Lacan en cohérence avec son dire se fait moins loquace, jusqu’au silence de la fin. Le symbolique, c’est-à-dire le langage, ne permet pas d’approcher le réel. Il est toujours inajusté, équivoque.

Trois séquences feront l’objet de cette après-midi d’étude : la première sera consacrée au dépliage de la thèse « tout le monde délire » et ses conséquences sur la pratique analytique, à partir du cours de Jacques-Alain Miller « le tout-dernier enseignement de Lacan », mis au travail cette année dans l’Atelier de lecture de l’ACF-Belgique. La deuxième abordera l’exil en tant que malaise dans notre civilisation. Elle sera constituée de deux pôles – une intervention d’orientation et plusieurs vignettes cliniques, témoignages de praticiens de la parole auprès des migrants. La troisième et dernière séquence fera place à l’élaboration des deux AE belges en exercice, Daniel Pasqualin et Dominique Holvoet. Ils mettront en question la neutralité bienveillante à la lumière de leur cure et de l’acte analytique qui l’a amenée à son terme.

Au plaisir de la rencontre le samedi 5 mai prochain, je vous y attends nombreux et nombreuses,

Katty Langelez-Stevens
Présidente de l’ACF-Belgique

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.