Parutions

La Cause du désir n°101 – Mariages et arrangements

La Cause du désir n°101
« Mariages et arrangements » 

 

 L’institution maritale a connu de nombreuses mutations ces dernières années. 
La Cause du désir contribue à les éclairer
avec ce numéro consacré à la variété des usages du mariage. 

 

Disponible sur l’Ecf-échoppe ici !

 

Présentation 

 

Quel éclairage la psychanalyse peut-elle apporter sur le mariage, de sa forme la plus ancienne, hétéro- , à ses formes plus contemporaines, homo- ou avec soi-même – la « sologamie » ? Si le XXIe siècle a connu un regain d’intérêt pour le mariage, c’est probablement parce qu’il s’est vidé de son sens traditionnel, séculaire, de transmission du patrimoine. 

Ce numéro de La Cause du désir s’intéresse donc aux mariages et à leur diversité aujourd’hui. Textes théoriques et cas cliniques déplient comment les êtres parlants font usage de cette institution infiniment variée. 

 

Points forts 

 

• Deux entretiens : Marc Minkowski, chef d’orchestre, autour des mises en scène des « Noces de Figaro » de Mozart et l’anthropologue Maurice Godelier sur le mariage aujourd’hui. 

• L’approche psychanalytique du mariage à partir de textes théoriques, de cas cliniques, et de témoignages de fin d’analyse. 

• Un texte inédit de Jacques Lacan : « Le jouir de l’être parlant s’articule » 

• Le caractère performatif du mariage commenté par Jacques-Alain Miller, qui distingue ici le « pour de vrai », le semblant et le réel. 2 

 

Éditorial 

Fabian Fajnwaks 

 

Archives Lacan 

La déclaration de Jacques Lacan en juillet 1973, Laura Sokolowsky 

« Le jouir de l’être parlant s’articule », Jacques Lacan 

 

Persistance du mariage 

La vérité de l’acte sexuel, Gil Caroz 

Avec quoi se marie-t-on ? Esthela Solano-Suàrez 

Clinique du malentendu et du quiproquo, Pierre Naveau 

 

La psychanalyse au XXIe siècle 

Présentation, Pascale Fari 

Pour de vrai, et cetera, Jacques-Alain Miller 

 

Nouveaux arrangements 

Les noms du mariage, Marga Auré 

Vive les mariés ! Anaëlle Lebovits-Quenehen 

 

Rencontre avec Marc Minkowski 

La voix et le coeur, propos recueillis par Marie-Hélène Brousse,

Ariane Chottin & Omaïra Meseguer 

 

Combats et controverses. Histoires de psychanalyse

Freud et la thèse du « second mariage ». Une perspective transhistorique,

Agnès Aflalo 

 

Ce que la clinique nous enseigne 

Maldonne, Marie-Hélène Roch 

Une femme, un rempart, Alexandra Lavigne Zins 

Mariée avec son double, Hélène Bonnaud 

Un dé-mariage ? Vanessa Sudreau 

Le mariage, un garde-fou, Hélène Deltombe 

« Oui, mais pas maintenant », Beatriz Gonzalez-Renou 

Sauvée, Ana Inés Vasquez 

« Se passer la corde au cou », Fatiha Belghomari 

 

À la lettre 

Le mariage de Nevers, Omaïra Meseguer 

 

Rencontre avec Maurice Godelier 

Don, échange et parenté, propos recueillis par Fabian Fajnwaks,

Clément Fromentin & Pascal Pernot 

 

La passe. L’aventure du siècle. 

Premiers témoignages 

L’amur de l’amour, Anne Béraud 

« Chut », Myriam Chérel 

Partenaire-sinthome

Elle, m’affame, Dominique Holvoet 

Une partenaire à éclipse, Bénédicte Jullien 

Dés-hystoire de lame, Daniel Pasqualin 

 

Un miroir de notre civilisation : séries et cinéma 

Qu’attendent les héroïnes de la bague au doigt ? Sandrine Corouge 

 

Une oeuvre et son invité à écrire… 

La robe de mariée de Jean Paul Gaultier 

Jean Paul Gaultier : de fil en aiguille… Une relique de style, Patrick Hollender 

 

Marginalia 

Les secrets de Bronzino, Gustavo Freda 

 

Brèves de divan 

Bruno de Halleux ; Dominique Carpentier ; Michel Grollier ; Gilles Mouillac 

Les êtres parlants sont toujours mariés : mariés à leur partenaire mais aussi à leur symptôme, à l’objet de leur fantasme, à la répétition qu’il commande, à leurs identifications et aux personnages auxquels elles se rattachent. Faire une analyse permet de s’en apercevoir et d’y consentir, ou pas, une fois que l’on accepte de vouloir ce qu’on désire. Le partenaire peut se retrouver réinstitué à sa place ou délogé pour se voir remplacé par un autre plus en accord avec les nouvelles coordonnées de jouissance du sujet. D’où le titre de ce numéro de La Cause du désir : mariages au pluriel pour signifier leur variété, leur varité. 

Mais, au fond, qu’est-ce qui pousse encore à vouloir se marier au XXIe siècle ? Les historiens nous expliquent que le mariage, institution religieuse et civile vouée à la transmission du patrimoine, a traversé les époques pour arriver à la nôtre presqu’inchangé et se trouver en quelque sorte délocalisé. Si le XXe siècle a infléchi l’histoire pour que l’amour soit convié à cette union, là où auparavant la plupart des mariages étaient arrangés, pour beaucoup de sociologues ce changement a été la cause principale de la chute de l’intérêt pour cette institution dans les dernières décennies du siècle passé. On n’avait plus besoin de se marier pour s’aimer, et la dimension d’engagement semblait davantage liée à la possibilité de faire un enfant qu’à l’alliance réunissant deux sujets. 

Ce début du XXIe siècle semble marqué d’un regain d’intérêt pour le mariage. 

 

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.